Optimisation guitare Patrick Eggle

Voilà une petite guitare qui a bien eu raison de passer à la boutique. Son propriétaire n’était pas satisfait du son, et ce malgré quelques tentatives d’optimisations. Elle est donc restée quelque temps avec nous^^

La guitare

Patrick Eglle est un luthier anglais en activité depuis 1980. Sa brochure présentant ses produits donne vite l’eau à la bouche. La réalité est un peu différente, mais je suis convaincu qu’elle reste une bonne guitare. Disons qu’il a fait des choix assez étonant^^ Bien sûr avant de faire quoique ce soit, je teste la guitare. j’ai un petit Peavey classic 30 et une tête orange à ma disposition pour cela. A vide, elle sonne plutôt bien. Elle manque un peu de basse à mon goût, mais rien d’alarmant. Toute la guitare est en acajou, il n’y a pas d’élément pour dynamiser un peu le son, ce que fait très bien l’érable avec l’acajou, mais le résultat reste quand même plutôt satisfaisant. C’est une fois électrifiée, que ça se corse, AIE ! Bon on peut toujours faire pire c’est sûr mais franchement ça commence à être difficile^^ Un son compressé, très maigre, sans vie…

L’optimisation

Moi qui voulait tester le set Guitar N’ Blues dans des conditions extrêmes, je suis servi. J’ai refait le package complet pour vraiment tenter de redonner vie à cette lutherie. Donc remplacement total de l’électronique et des micros. Lors du démontage, j’ai eu la surprise de trouver une paire de Seymour duncan Sh4 Sh1, ce qui explique en partie le son compressé et terne de la guitare électrifiée. le client m’a rapporté que ces micros étaient mieux que les originaux, des Kent armstrong. Quelle idée de mettre des Kent Armstrong sur une guitare de luthier !! Mettre 1500€ dans une guitare et avoir des kent Armstrong ? les boules. En même temps, les Seymour ne sont pas vraiment mieux^^  

En conclusion

Le client m’a rapporté qu’il avait retrouvé l’envie de jouer sur cette guitare. Moi ça me suffit^^, c’est le signe que l’optimisation a fonctionné. Je sais que l’on a pas le droit de dire du mal des Seymour Duncan. On peut casser toutes les marques, mais pas les Seymour, signe sans doute que leur « propagande » marketing a fait son effet. Ce sont des micros très compressés. l’avantage de cette compression est d’offrir un maximum de tolérance au jeu (parfait pour des débutants), mais le gros inconvénient  est qu’elle « ferme » le son. C’est comme jouer avec la tonalité activée, on a qu’une envie, celle de la couper pour retrouver la dynamique. si c’est votre cas, ne cherchez pas, changez de micro. Après, chacun ses goûts^^

14 commentaires

  • Je n’y connais rien en Japonais, mais si je peux me permettre, j’alimenterai bien la conversation sur SD.
    Je suis l’heureux possesseur d’une Ibanez PS-10 de 1979, mais hélas, elle n’a pas ses micros d’origine. J’ai donc monté un kit Seymour Aph1 (Alnico 2) que j’avais sous le coude. Et j’ai été très étonné par la dynamique en son clair (l’âge de la guitare ne doit pas y être pour rien), par contre ça manquait de patate en disto sur le micro chevalet. J’ai donc monté un TB4 (Sh4) et là, douche froide. Son trop gras, brouillon. Je vais garder le APH1, car le son est vraiment sympa, par contre je vais essayer de l’associer à un Dimarzio Air Norton au chevalet.

    • Chacun à son avis sur les Seymour, moi perso je déteste mais cela dépend de l’utilisation, de l’exigence et des goûts de chacun^^ Moi je reproche un son plat et TRES Fermé. Moi j’aime les micros riches, ouverts et avec du grain donc forcement ça coince.

  • どう いたあし まして・ 香美 が : dô itashimashite.
    Je t’en prie. Kami , c’est :

    « esprit » ou « esprit sacré » suivant le contexte. Les Shintoistes considèrent que chaque pierre, chemin, montagne etc…est habité par un kami.
    Enfin, histoire de tordre le cou à une image d’Épinal, Kami-Kaze (vent sacré), n’est jamais utilisé par les Japonais.
    Pour en revenir à nos…guitares, Pickup Kami, je ne sais pas….よく
     しりません。(je ne m’y connais pas beaucoup: yoku shirimasen).

    • へんしんありがとう (Merci pour ta réponse)
      Ah, pour moi, かみ (kami) voulait dire dieu^^, j’avais toujours trouvé ça bizarre ce nom^^. En même temps je suis débutant en japonais, surtout comparé à toi Papyblues. またね (a bientôt)

  • Bonjour Papyblues,
    Je faisais bien allusion à Sylvain MULLER de Kami pickups quand j’ai dit artisan.
    Ses micros sont d’une qualité époustouflante et possèdent un son qui me laisse toujours sur l’arrière train.
    Ils ont un rapport qualité/prix à peine croyable.
    Bref, je suis bien kami addict de même que guitar n blues addict, car je trouve qu’il y a la même philosophie, la même passion, la même générosité.
    Un des avantages du net est, qu’en fouillant un peu, on arrive à trouver de l’or.
    JP, je persiste : ne change rien, reste tel que tu es, ton site et ton blog sont comme le bon vin !
    Bonne musique à tous et excellente continuation.

  • J’avoue être intrigué par le fait qu’il y ait encore des artisans en France qui fabriquent des micros, on les déniche comment, ces oiseaux rares?
    Sinon, + 1 contre les SD: j’en ai sur ma Jaguar (Duncan designed), et ils sonnent moins bien que tous les single coil que j’ai entendus sur des copies strat d’élèves. Ils auraient pu écrire « coton inside »! Je l’ai achetée, parce que j’adore cette guitare malgré ses défauts, mais je prévois un budget remplacement.

    • Il y a encore des artisans (petites productions), comme kami, sp custom, et d’autres, pour la fabriquation de micros.
      Pour les amplis, il ya jmh, fabriqué par un type sensationnel, vraiment ccol, à aller voir directement chez lui, prés de grenoble (ces amplis sont super, fait entierement à la main : inconvenient, un an d’attente aprés commande).

      Il y aura toujours des artisans, et il y a en toujours eu : Paul reed smith, seymour duncan, mesa boogie, kent armstrong, il y a 30 ans etaient des artisans avec petite prod. Ensuite ils se sont devellopés, pour le plaisir du grand publique.

  • Bonjour, c’est certain que les techniques de marketing de SD sont avant tout faites aussi pour vendre à grande echelle, meme si cela doit passer, evidement, par vendre sur de l’esbrouffe niveau qualité (finalement ce sont les memes techniques commerciales qui sont utilisées pour les voitures et tout le reste)

    Et finalement, aucune entreprise ou marchand n’est exempte de ce systeme de consommation à grand coup de pub elogieuse et aguichante sur tel ou tel produit pour que le consomateur achete.
    Et, evidement, y compris aussi guitarnblues : je me souviens trés bien qu’en 2009, les micros kent armstrong etaient vendus sur leur site en vouant le plus grand bien sur cette marque et la qualité de leurs micros.
    Pour aujourd’hui dire que patrick eggle mettant des micros kent armstrong sur ces guitares, c’est vraiment limite (mais aujourd’hui, ils n’ont plus les kent armstrong à leur catalogue, donc peuvent se permettre de dire cela).

    • Je suis d’accord. En effet, j’ai eu les kent Armstrong en catalogue et j’ai toujours reconnu le très bon rapport qualité prix. Il reste aujourd’hui excellent, mais il faut bien différencier le rapport qualité prix de la haute qualité. A l’époque j’avais déjà les Van Zandt donc je ne pouvais pas vendre les Kent Armstrong comme de très bons micros.

      J’aurais très bien pû noter cette remarque en ayant toujours les Kent Armstrong en catalogue car les clients comprennent bien la différence entre le micro pas cher qui fait bien sont boulot mais sans plus et le micro haut de gamme qui excelle et forcement qui est plus cher. Sur une guitare qui est entre 1500 et 2000€, il faut quand même mettre des micros de qualité non ? j’ai de temps en temps du Wilkinson à 40€ le set. Incroyable le rapport qualité prix mais bon, on ne met pas ça sur une guitare de luthier quand même à mon sens.
      A savoir que j’utilise aussi régulièrement les descriptions des fabricants ou fournisseurs car je n’ai pas le temps de tout tester. Mais bon j’ai testé en effet les techniques de ventes qui existent. Aujourd’hui avec plus d’expérience je vois bien que vendre en volume peut être « malsain » sur bien des points, et je préfère donc un petit catalogue avec des tests de produits et tutoriaux régulier. Par contre j’ai clairement mis de côté le côté rémunérateur de cette activité. Mais je peux comprends que l’on puisse faire le choix de l’argent.

      • Je ne remet pas en cause le travail que tu fais, qui au demeurant, reste trés bien : vente de bons produits, blog interessant, tuto sur les cablages et autres.

        Je soutenais juste à souligner que tu avais eu (et que tu as surement aujourd’hui aussi), eu des arguments de vente qui ressemblent à ceux utilisés dans tous les commerces actuels, tout simplement aussi pour la rentabilité necessaire au devellopement et à la survie d’un commerce, pour lutter contre la concurrence (qui certes ne laisse pas de cadeaux, dans un monde, comme tu le dis, de profit, et de reussite par le profit).

        Je prenais comme exemple les micros kent armstrong que tu vendais car c’est la preuve par l’exemple du commerce actuel.

        Moi meme, je t’avais acheté à l’epoque un micro chevalet telecaster à 52,50 euros, qu’aujourd’hui, j’ai remplacé par un kami qui finalement, n’etait pas beaucoup plus cher : 26 euros de plus.

        Concernant le van zandt, je ne connais pas leur qualité, et donc je ne peux savoir si le cout suplementaires à l’achat les valent, par apport à de la prod comme kent armstrong asiat, ou autres marque grands publiques.

        Ce dont je suis certain, c’est qu’un micro kami (ou un sp custom) qui ne que coute 30 euros de plus par apport au kent asiatique, SD, ou autres, c’est finalement peu au vu du fait que cela soit un micro unique, et la qualité de fabrquation (mais c’est vrai aussi que la vente se fait directement avec le fabriquant, donc sans les intermediaires commerciaux que sont magasins, pub, endorsement d’artiste, et donc moins besoin de vendre des produits en quantité superieur pour rentabiliser les intermediares : magasins, publicités, etc)

  • Bonjour JB,

    « …signe sans doute que leur « propagande » marketing a fait son effet »

    « mais le gros inconvénient est qu’elle « ferme » le son. C’est comme jouer avec la tonalité activée, on a qu’une envie, celle de la couper pour retrouver la dynamique. si c’est votre cas, ne cherchez pas, changez de micro. »

    100% d’accord avec toi…mésaventure avec des SD hot rails il y a quelques années, montés sur une guitare avec manche conducteur, corps en érable US…. Aucune dynamique ! Un son complètement étouffé. bref, une horreur. (pour moi)

    En ce qui me concerne, je fuis SD. Après, tout n’est qu’une question de sensation, de goût et d’oreille.

    Excellente continuation ! et bravo pour ton site et ton blog, toujours aussi excellents.

    • Salut,
      Merci pour ce commentaire. J’ai souvent des clients au téléphone qui me confient qu’ils n’arrivent pas à faire sonner des Seymour, donc ils les vendent et finalement en rachètent pensant que le problème vient d’eux… Et ils rachètent, et ils revendent^^ c’est la force du marketing, faire croire aux gens que c’est du haut de gamme alors que c’est tout simplement du micro très moyen.

      J’ai fait exactement pareil avant de connaitre d’autres marques, et maintenant c’est très clair dans ma tête : Seymour Duncan est vraiment à laisser à des débutants ou des personnes aimant une grosse compression dans le son. En grosse saturation, ça peut éventuellement se comprendre. Et encore ! En son clair faut même pas en parler, c’est a mettre au placard.

      La compression permet d’avoir de la tolérance et ainsi gommer le manque de technique, pratique pour les débutants^^ Mets à la place un kit Van Zandt et le débutant aura l’impression de jouer comme une grosse quiche ! donc bon il en faut pour tout le monde bien sûr.

      Pour des joueurs plus confirmés, j’en connais peu sur un registre clair ou crunch jouant sur des Seymour, ou sinon ils ont peut être tout simplement pas regardé ailleurs. pour du son saturé, Dimarzio est bien au dessus de Seymour à mon sens… bref à part les antiquity qui ont le culot de vendre un micro de qualité 2x plus cher qu’un micro haut de gamme, y’a pas grand chose à garder !

      Je vais encore me faire allumer sur les forums, et oui encore la force du marketing, on n’a pas le droit de critiquer^^ Chacun son avis, voilà le mien !

      • Bonjour,

        Le problème des micros, c’est qu’il faut pouvoir les essayer sur sa propre guitare pour voir comment ils sonnent. Et parfois, c’est la douche froide. Les hot rails, pour moi, ils ne sonnent pas, point barre. Ni en clair, ni en crunch, ni en saturé. Ils ne me permettaient pas de m’exprimer et ne laissaient pas les notes s’exprimer.

        C’est la première fois que je faisais une entorse à mes marques de prédilection…et bien je me suis fais mal. Donc, je ne recommencerai pas.

        Effectivement, pour moi, Dimarzio joue dans une autre dimension. Mais depuis, je fais construire mes micros par un artisan, et là, c’est encore une autre histoire, rien à voir avec les micros industriels.

        Ce qui me gonfle, c’est que les marques sont prètes à tout pour nous vendre n’importe quoi, et utilisent l’image de musiciens prestigieux comme vecteur publicitaire qui leur permettent d’arriver à leur fin. Quand on regarde aujourd’hui l’offre plétorique de tout le matériel dispo, ne serait-ce que pour les guitaristes, c’est à en perdre la tête et la raison. Le marketing a bien compris que le musicien est en permanence à la conquête de SON son, et que pire, ce fameux son évolue au fil du temps… Effectivement, le guitariste débutant, voir plus confirmé est une proix facile.

        Les forums peuvent aider, mais comme tout n’y est que subjectivité, difficile finalement de s’y retrouver, surtout pour les débutants.

        Me concernant, j’en ai assez de toute cette sur-production et cette sur-consommation. Je m’oriente maintenant vers des artisans, vers des gens (souvent eux même musiciens) passionnés, qui ne chercheront pas à me refourguer une guitare à 2000 euros quand une guitare à 500 suffit et qui savent me guider dans mes recherches. Fait main en France ne veut pas forcément dire couteûx et hors de porté. Il suffit de discuter avec ces professionnels pour trouver la solution. C’est un plus indégniable. Qui plus est, avoir son matériel, quasi unique est une réalité très plaisante.

        Ce que j’aime dans ton site, c’est qu’il respire l’honnêteté et la passion avec ce côté humain qui disparait au profit…. du profit.